•  
  •  
 

Abstract

Plus d’un roman au xviii siècle a exploité le tabou de l’inceste pour mettre en lumière les lacunes que la cohésion familiale peut accuser. Dans ceux de Anne-Claude-Philippe de Pestels de Lévis de Tubières-Grimoard, comte de Caylus, François-Antoine de Chevrier et Jacques Pernetti, les relations incestueuses viennent illustrer le danger que court la famille mal gérée, du fait de son organisation bâtie à l’image du régime royal, c’est-à-dire régie par le droit d’aînesse. En effet, les récits présentés ici imaginent une application de ce droit familial si stricte et si dénuée de sentiments qu’il en résulte une confusion dans les liens parentaux pouvant mener les membres de la famille à la déroute, voire au crime et à la mort.

Share

COinS