•  
  •  
 

Authors

Laurence Mall

Abstract

Dans son /Tableau de Paris/, aussi loin des consolations chrétiennes ou des interrogations philosophiques que des agonies romanesques, Louis Sébastien Mercier demande simplement: comment mourrons-nous ici (à Paris) et maintenant (dans les années 1770-80)? La réponse est aussi complexe que le Paris quotidien où il situe ses observations en conformité avec cette déclaration: "les spéculations des moralistes sont perpétuellement dérangées par la pratique et l'expérience journalière." Au fil des quelque 3000 pages du texte seront donc abordés les réformes urbanistes et la législation changeante concernant cadavres, funérailles et cimetières; les pratiques et l'économie du mourir; les comportements, les rituels et les croyances face à la mort comme les perceptions et les représentations qui l'entourent, le tout selon les hiérarchies sociales et dans les évolutions des sensibilités, lentes ou rapides en cette période de sécularisation. Mais les vues et analyses sont dispersées et discontinues, tout comme les surgissements, disparitions et réapparitions de la mort au jour le jour dans la ville. Le traitement de la mort dans le Tableau est en effet d'autant plus original que dans son texte fragmenté Mercier mime le battement continu entre conscience et oubli (nécessaires, salutaires) de la mort qui rythme la vie dans la ville.

Share

COinS